vendredi 27 mai 2016

* La fête des voisins *


Je suis née et j'ai grandi à la campagne. Qui dit campagne dit peu d'habitants, beaucoup d'espaces, des maisons individuelles, pas de transports en commun et pourtant on s'y sent moins seul qu'en ville.

Après plusieurs années passées à Paris, depuis quelques mois nous voilà arrivé dans les Yvelines. En ville, il y a du monde certes mais des gens qui ne font que se croiser. En ville on ne dit pas bonjour en entrant dans une boutique, lorsque l'on dit bonjour en entrant dans une salle d'attente les gens nous regardent étrangement. En ville on sort de chez soit pour aller faire une course et on rentre s'enfermer rapidement. A Paris nous avions un semblant de vie sociale car on sortait également pour aller au restaurant, dans les cafés, dans les bars. Ici en banlieue il n'y a plus ça. D'un côté les relations sont plus honnêtes peut être mais peu nombreuses. 


Hier soir à 21h je suis allée faire une promenade pour endormir Paul dans les rues pavillonnaires de mon quartier. Le moment était agréable, le temps était doux, les jardins fleuris, les rues calmes, les odeurs florales enivrantes. J'ai croisé des personnes en voiture rentrant chez elle en faisant la tête me jetant un regard culpabilisant "mais que fait-elle dehors à cette heure là avec un bébé?". J'ai croisé des personnes courant ou faisant du vélo et même du rollers, aucunes n'a dit bonsoir. J'ai croisé des chats se faufilant sous les voitures apeurés par notre passage. J'ai croisé des gens qui se garaient devant leur maison et se dépêchaient de rentrer chez eux pour y fermer aussitôt les volets roulants. De quoi ont-ils peur?

Pendant longtemps je me suis qualifiée de "sauvage". Mais depuis que je suis maman, que je suis en congé parental et donc que j'ai du temps, j'essaie d'aller vers les autres et je me rends compte que le problème ne vient peut être pas de moi. 

C'est très difficile de tisser des liens ici, dans cette région, dans cette ville, dans ce quartier. 

Aujourd’hui c'est la fête des voisins. Dans l'immeuble où nous vivions à Paris nous ne la fêtions jamais. En arrivant ici, grande résidence avec un grand jardin intérieur, j'étais sûr de moi, j'allais vivre ma première fête des voisins. Et bien je me suis trompée. Le côté "cité dortoir" de la banlieue est je crois encore pire qu'à Paris pour faire des rencontres. L'idée de se retrouver pour une petite fête a été donnée l'année dernière et personne ne s'étant inscrit pour participer cela avait été annulé. 

J'ai vu au dernier moment que c'était aujourd'hui, il est donc trop tard pour essayer de proposer quelque chose. Mais pourquoi pas proposer une autre fête pour fêter l'été, la musique ou autre? Toutes les raisons sont bonnes finalement. Je n'ai pas envie d'abandonner, de perdre espoir même si certains jours c'est plus dur que d'autre. Pour cette fête des voisins j'aurai rêvé d'installer un coin accueillant dans le jardin, de décorer, de me charger de la musique, que chacun arrive avec un plat à partager, que l'on profite du coucher de soleil, que les enfants jouent ensemble dans nos pattes, que des liens se tissent pour tous les autres jours. 


Finalement nous n'avons besoin de personne pour être heureux, pour ça la famille suffit, tous les 3 nous sommes les plus heureux du monde mais pour Paul, pour qu'il grandisse entouré, pour qu'il ne soit pas sauvage,  qu'il n'est pas peur du monde, pour qu'il ressente de la joie c'est important de s'amuser, pour que la vie lui semble amusante et non ennuyeuse. Et pour s'amuser on a parfois besoin des autres...


Amusez vous, la vie est douce !

Je vous embrasse.

Laura



3 commentaires:

  1. J'espère que tu arriveras à installer un lien de voisinage.
    Dans notre ancien chez nous, on la faisait et c'était très amical. Et depuis l'année dernière, mon voisinage me pèse (pas de bonjour, réflexion désagréables adressées à Ouistiti...), pas de fête et si y en avait eu une, je n'y serai pas allée.
    Par contre, nous étions éviter par nos anciens voisins et si je n'avais pas été malade, on y serait allé !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. *invités par nos anciens voisins (la fatigue...)

      Supprimer
    2. J'espère aussi :-) C'est parfois fatiguant d'essayer de faire des efforts...

      Supprimer

Laissez un commentaire