dimanche 8 janvier 2017

* Un petit cœur de 2 cm *


Cette semaine nous avons eu une frayeur, une vraie. De celle qui vous terrorise, qui vous fait perdre tous vos moyens, qui vous rend irrationnelle, qui vous prend les tripes, vous retourne le ventre au point de vous faire vomir. 

***

Lors d'une simple visite chez le médecin généraliste pour contrôler la guérison de l'otite de Paul, ce dernier nous alerte sur un "bruit" qui provient de son petit cœur! Tout s'enchaîne alors : elle appelle un deuxième médecin pour avoir un autre avis, avis confirmé, il faut faire une échographie, pas de rendez-vous avant le 8 février, on appelle la pédiatre pour se rassurer, on lui lit la prescription sur l'ordonnance pour l'échographie, un blanc, puis "c'est énorme, dans combien de temps pouvez vous être à Paris? 1h ? Parfait! Vous filez je vous rappelle sur la route pour vous donner l'adresse de mon ami cardiologue pédiatrique qui va vous recevoir en urgences!"


A cet instant on perd notre sang froid, Matthieu n'arrivant pas à le cacher je me dois de rester calme, d'essayer de ne pas inquiéter Paul. Pour y arriver je me concentre sur la logistique, faire son sac, ne pas oublier le carnet de santé, le dîner, son doudou, sa petite couverture, un petit jouet et un gâteau pour le rassurer etc. En voiture pas un mot. On se retourne toutes les 5 minutes (voir 2) pour être sûr que Paul se porte bien. Dans ma tête mille scénarios tous plus noirs les uns que les autres. Et si je perdais mon bébé? Et si on devait faire face à un gros souci et se retrouver dès ce soir à Necker auprès de tous ces parents qui me font tant de peine. Je ne pense à prévenir personne, juste à prendre soin de mon bébé. Il fait nuit, il fait froid, les bouchons parisiens, on prend les bandes d'arrêt d'urgence sans se poser de questions! 

Le cardiologue a fait passer tous les examens nécessaire à Paul pendant que je lui souriais pour le rassurer et que Matthieu faisait les 100 pas dans le cabinet. 

***

Résultat notre petit Paulo a une petite malformation cardiaque. Une malformation qui ne met pas sa vie en danger. Une malformation qui, à son âge, peut encore se résoudre toute seule (à contrôler dans un an). Une malformation qui nécessite du repos et une surveillance en cas de fièvre. Une malformation qui jouera peut être sur son activité physique plus tard. Bref le mot malformation cardiaque fait peur mais ce n'est presque rien

On a eu tellement peur de te perdre Paulo! Tu as un si petit cœur ♡ qui ne fait à peine plus de 2 cm et pourtant qu'est ce qu'on y tient!  

Une pensée toute particulière pour tous les enfants malades et leurs parents. Pour tous les parents qui ont perdu un enfant. Maintenant que nous sommes parents on peut imaginer la douleur que vous devez ressentir. 






PS: Les photos sont de ce matin vous remarquerez que Paul a la varicelle!

Doux dimanche, je vous embrasse.


Laura


10 commentaires:

  1. Oh, que je comprends ! Le jour où j'ai remarqué sur le cou de Paul cette boule (il avait 17 jours), où la généraliste consultée sur notre lieu de vacances l'a envoyé chez un ORL, qui nous a renvoyé vers le centre d'échographie (pas équipé pour les bébés, qui s'énervait "parce qu'il n'avait pas de patience"), puis a mis fin à nos vacances en prenant RV pour nous à Bicêtre, l'angoisse de ces deux jours à boucler les bagages puis prendre la route, l'accueil si humain dans cet hôpital parisien, puis le verdict : claquage musculaire dû aux forceps (et tout le monde, notre pédiatre compris, avait déjà vu cela maintes fois… quelles inquiétudes nous auraient été épargnées si nous avions été chez nous)
    Ceci dit, au moindre doute côté cardiaque, tout va très vite, c'est classique mais cela inquiète énormément, car on pense aussitôt au pire ! Enfin, tout va "presque" bien, c'est le principal ! Passez une douce semaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh tu m'étonnes! J'imagine votre angoisse également!

      Supprimer
  2. Je me doute que tu ai eu peur.. il y a de quoi! La plus grande peur que j'ai eu c'est quand je suis tombée dans les escaliers avec mon 2e qui n'avait que 8 mois! C'est différent bien sûr mais j'ai cru qu'il allait avoir un problème, alors que j'ai tout fait pour qu'il n'ai rien! Et il n'avait rien eu, j'ai fait en sorte de tout prendre.. C'est quand il a fait son "spasme du sanglot" que j'ai eu la peur au ventre et les larmes.. Mais c'est heureusement anodin (merci internet), mais j'avais quand même téléphoner à mon médecin de famille pour me rassurer.. Tu as bien fait de téléphoner à la pédiatre. Cela a été vue à temps et il vaut mieux contrôler c'est sûr.. Belle semaine à vous :*

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ces enfants je crois qu'ils n'ont pas fini de nous faire des frayeur!

      Supprimer
    2. Oh non : 21 ans et mon cœur s'est arrêté quand il s'est fait renverser en vélo par un scooter !

      Supprimer
    3. Ha non, cela ne fait que commencer! :D.

      Supprimer
  3. Quelle frayeur ! Heureusement tout finit bien :) .

    RépondreSupprimer
  4. Nous comprenons parfaitement... L'année dernière notre petit garçon a fait 3 gros malaises. Il arrêtait de respirer, devenait bleu, et tombait par terre, comme mort. On est passé du spams du sanglots à "c'est peut-être plus grave voyons le cardio pédiatre" Notre petit était très (très) agité et il nous a dit que cela n'était certainement pas des spams du sanglots et qu'il faudrait revenir si cela recommençait... Bref, il n'était sûr de rien et nous morts de trouille car les spams du sanglots c'était rassurant à côté ! Par chance il n'a plus jamais refait ce genre de malaise. Mais dès qu'il sera plus grand, et plus calme, retour chez le cardio : on veut de la certitude ! Bon courage, et bisous à la coccinelle ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est dingue qu'ils vous laissent sans réponse pour une chose qui paraît si grave! Courage à vous <3

      Supprimer

Laissez un commentaire